Logo Subweb

Répéter dans le respect des règles sanitaires : récit d'une chorale qui résiste encore et toujours à l'envahisseur microscopique !

12/12/2020

 

 

Notre chorale s'appelle les Korrig'Enchanteurs. Nous sommes basés à Vernon. Nous faisons partie d'une association appelée l'AMS Saint-Martin. Cette chorale a été créée il y a plus de 20 ans par mon prédécesseur, Gilles Le Velly. J'ai repris la direction du chœur il y a 5 ans. Les choristes ont beaucoup évolués depuis. Que ce soit en nombre, en personnes présentes où même en expérience.

Mais cette année, nous vivons une situation inédite. Comme beaucoup de chorales en 2020, nous avons dû arrêter complètement les répétitions durant le confinement. En juin, la reprise n'a pas été possible car beaucoup trop de personnes étaient restées en famille et les conditions de reprise étaient trop incertaines.

C'est donc en septembre que nous avons décidé de reprendre les répétitions. Après m'être renseigné autour de moi et sur les réseaux, à la fois professionnels et amicaux, j'ai proposé à la direction d'investir dans des visières. Celles-ci nous ont été fabriquées par une petite société locale, que je connais par ailleurs, qui fait de l'impression 3D et qui avait fourni des visières pour de nombreux établissements médicaux durant le confinement. Sa réputation est certaine et les produits sont de qualité. Elle s'appelle DarkLight Solutions et est basée en Seine-Maritime. Cette société nous a fourni des visières faciles à mettre et légèrement évasées vers le bas, ce qui constitue un avantage par rapport à d'autres visières trop fermées qui bloquent le son de manière trop importante.

En effet, le problème de chanter avec des visières est que le son que l'on émet résonne à l'intérieur et le choriste entend sa voix de manière déformée, un peu comme dans un casque de moto. Ici, ce phénomène est estompé et la vois est projetée, certes plus vers l'arrière que vers l'avant, mais elle s'entend quand même !

 

Pourquoi ce choix de visières ? D'abord nous avons pensé à chanter avec des masques bien évidemment. Mais nombre de personnes ont des soucis salivaires et au bout de 20 minutes, leur masque était tellement humide qu'il ne servait plus à rien. De plus, les difficultés de respiration de certains, les angoisses liées au port du masque à long terme pour d'autres, ont eu raison de cette solution. Dernier argument, lorsque je dirige, j'articule les paroles voire je les chante, et c'est un repère indispensable pour la plupart des choristes, qu'ils perdaient donc au moment du chant avec un masque.

Donc, la deuxième solution, en excluant d'office l'option de chanter sans protection, ce qui n'était évidemment pas envisageable, si nous souhaitions reprendre les répétitions, était le port de visières.

Par contre, de nombreux protocoles ont été adoptés par tous les choristes pour minimiser les risques de transmission : j'arrivais une demi-heure avant les autres à la salle, qui nous était mise à disposition par le conservatoire de Vernon, et je disposais toutes les chaises et pupitres au nombre exact de choristes prévus ce jour, en mettant une distance d'1 mètre 50 entre chaque et en désinfectant chaque surface avec un détergent alimentaire, efficace contre les virus.

Ensuite, chaque choriste se lavait les mains au gel hydro-alcoolique en entrant et allait s'installer à sa place pour ne plus en bouger avant la fin de la séance. Aucun déplacement n'était permis durant la répétition.

Une fois tous installés, je leur apportais moi-même à chacune et chacun une visière désinfectée qu'il plaçait sur leur tête avant d'enlever leur masque.

Nous faisions la démarche inverse pour ressortir de la salle. Je laissais également la fenêtre ouverte durant toute la séance.

Le nombre de choristes présents était également réduit à 14, compte-tenu de la taille de la salle.

En 2 mois et demi de répétition de cette manière, à raison d'une répétition par semaine d'une durée de 2h chacune, nous n'avons eu aucun cas de Covid (confirmé par des tests ultérieurs). Donc, ça marchait !

 

Mais le reconfinement est passé par là, et, en dehors de tout commentaire sur les décisions de ces mesures, force était de constater que le nombre de cas positifs dans la population augmentait sérieusement et qu'il fallait donc adopter de nouvelles mesures pour limiter les risques au maximum.

 

Alors en novembre, le conservatoire étant fermé, nous avons repris les répétitions dans une salle de notre établissement, celle-là même où nous avions commencé il y a 5 ans avec une petite partie du groupe chorale. Le problème est que cette salle est beaucoup plus petite, et en prenant en compte les distances entre chaque choriste, nous devons nous limiter à 8 personnes maximum.

Nous maintenons les gestes barrières, les distances, et l'utilisation des visières. Par contre, le groupe est différent à chaque répétition, ce qui complique le travail vocal. J'ai pris parti de regrouper les gens par tessiture vocale, en organisant un roulement d'une séance à l'autre. Ainsi, nous pouvons répéter une fois avec les femmes (alto-soprano) et une partie du groupe hommes (basse-baryton) puis la fois suivante avec que les hommes (ténor-basse) et ensuite avec les femmes et l'autre partie du groupe hommes, ceci de manière à ce que tout le monde ait pu répéter au moins une fois dans le mois et que nous puissions travailler un tant soit peu sur les arrangements. Maintenant, il faut être réaliste, nous avons beaucoup de mal à avancer sur les chants et nous sommes surtout dans du maintien d'un lien social d'une part, et le plaisir de chanter ensemble d'autre part, ce qui est déjà pas mal !

 

Pour le moment, nous maintenons cette organisation en espérant que 2021 nous permettra de reprendre les répétitions au moins au conservatoire, si ce n'est avec tout le groupe de choristes. En attendant, on revoit nos chansons du répertoire et nous avons même ressorti 2 anciens chants qu'on avait mis de côté : la prière Sévillane et Le temps des Fleurs ! Il nous faut au moins ça pour tenir jusqu'à Noël !

 

Bon courage à toutes et à tous en cette période difficile !

Vincent Rouyer - Chef de Choeur

 

Vous souhaitez vous aussi témoigner de cette période pour votre chorale ? Envoyez-nous votre récit, avec ou sans photo, à l'adresse suivante : contact@handivoix.com Nous nous ferons un plaisir de le diffuser sur ce site et sur notre page facebook. A bientôt !